Menu

De Reykjavik à Höfn en passant par Dyrhólaey – Islande part 5

Quelqu’un a dit « Voir Venise et mourir » … à moins que ce ne soit « Voir Naples et mourir » ? Bref, je ne sais plus, mais ce qui est sûr c’est que ce quelqu’un n’a jamais vu Dyrhólaey ! Mais point d’empressement, j’y reviendrai plus tard.

Pour ce 6ème jour en Islande (déjà ^^ pourquoi les vacances passent toujours si vite ??), nous avons fait nos valises et quitté la belle Reykjavík (si la découverte de la ville vous intéresse, retrouvez ici mon article sur Reykjavík) pour découvrir le sud et l’est du pays. Cascades, glaciers, lac d’icebergs, que de belles choses en perspective, mais j’étais vraiment loin du compte.

Les cascades de Seljalandsfoss et de Gljúfrafoss

5h de route nous attendent (sans compter les arrêts sur les sites bien entendu), on se met donc en mode roadtrip, musique qui va bien dans la voiture, chantant à tue-tête, ne manque plus que les cheveux au vent (mais la décapotable en Islande, en hiver, t’oublie).

Nous nous lançons donc à l’assaut de la route 1, route principale de l’île qui permet d’en faire tout le tour.

Premier arrêt sur notre liste, la cascade de Seljalandsfoss (65 mètres de hauteur tout de même), une des plus visitées du pays. Pour la petite info, cette cascade possède une particularité qui la rend particulièrement attractive à mes yeux : on peut passer derrière et donc en faire tout le tour. C’est pas fabuleux ça ??!

Nous arrivons à cette fameuse chute d’eau après 1h30 de route. Elle est immense, on l’aperçois de la route. Évidemment, nous ne sommes pas les seuls à être sur place mais le site en vaut le coup (et pas que pour Seljalandsfoss…).

Et l’arrière de la cascade, me direz-vous, c’était comment ? Et bien, c’était sans compter sur ma poisse légendaire, puisque le sol était tellement glacé qu’il était impossible de s’approcher au plus près de la cascade et l’escalier menant à l’arrière de la chute était tout simplement tellement gelé qu’on aurait dit celui de la reine des neiges (photo à l’appui !).

seljalandfoss

seljalandfoss

seljalandfoss

seljalandsfoss

seljalandfoss

seljalandfoss

Mais, l’Islande étant l’Islande, on trouve toujours un truc encore plus sympa à voir. Et ce truc encore plus sympa, c’est la cascade de Gljúfrafoss qui est à 500 mètres à gauche de sa copine et, ne faites pas comme nous, pas la peine de prendre la voiture, vous pouvez largement relier les deux à pied en 5 minutes.

Alors Gljúfrafoss, c’est un peu la cascade secrète, la cascade qui va faire ressortir votre côté aventurier. On ne la voit pas de prime abord, il faut longer la rivière et rentrer dans la falaise jusqu’à l’atteindre. Alors comment vous dire, en hiver avec le sol gelé, les pierres de la rivière ultra glissantes (ben oui, je vous ai pas dit, il faut marcher DANS la rivière), on a longuement hésité avant de s’engouffrer dans la faille car ça aurait été dommage de devoir faire jouer l’assurance rapatriement au milieu de nos vacances ! Mais au final, on a décidé d’y aller et je dois dire qu’on a pas été déçus. Nous n’étions que 4 ou 5 a avoir franchi le cap de la rivière mais le spectacle en valait vraiment le coup.

seljalandfoss

seljalandfoss

La cascade de Skógafoss

Après avoir un peu séché nos affaires (et oui, on ressort de l’expérience un peu humide, mais merci la GoPro et son boitier étanche d’avoir immortalisés ce moment), nous reprenons la route en direction de la cascade de Skógafoss, une des plus célèbres avec ses 62 mètres de hauteur et surtout, ces 25 mètres de largeur. On raconte même qu’un coffre rempli d’or serait caché derrière, mais on ne me la fait pas deux fois, je ne m’emballe plus. Skógafoss est tout près de Seljalandfoss, à environ une vingtaine de minutes.

La cascade est magnifique, ses 25 mètres de large formant un rideau d’eau d’une puissance extrême sur la falaise. Impressionnant ! Sur la droite, on aperçois un escalier, permettant de l’admirer de son sommet. Avec mon amoureux, on se regarde, « On se le tente ? », « Allez, facile ». Hum hum, 62 mètres de haut je vous rappelle, et clairement, une fois en haut, on se dit qu’il faut vraiment qu’on se mette au sport.

Mais la sueur et l’essoufflement n’auront pas été vain, le point de vue est unique. On peut même aller se balader sur la falaise en passant par dessus un petit escalier en bois vraiment mignon.

skogafoss

skogafoss

skogafoss

skogafoss

skogafoss

Islande - le sud de l'Ile

Islande - le sud de l'Ile

Islande - le sud de l'Ile

Islande - le sud de l'Ile

Islande - le sud de l'Ile

La belle Dyrhólaey

Après cette étape sportive, nous nous dirigeons vers LE plus beau coin de l’Islande, situé à moins d’une demi-heure de là, j’ai nommé, Dyrhólaey. Alors, Dyrhólaey, c’est une petite péninsule située à côté de la ville de Vík í Mýrdal, et c’est accessoirement le point le plus au sud de l’Islande. C’est également une réserve naturelle protégée où les oiseaux viennent nicher au printemps (le site est d’ailleurs fermé à cette période pour les laisser vivre en paix).

On se gare au petit parking du site et on entreprend de gravir les quelques mètres qui nous séparent du point de vue. Et bien, je dois vous dire que la vue est à couper le souffle, je n’ai jamais ressenti ça devant un paysage, je suis littéralement soufflée. Une grande plage de cendres noires s’étend à nos pieds, une arche volcanique à notre droite, les aiguilles rocheuses noires de Vík qui semblent jaillir de la mer à notre gauche et des falaises d’orgues basaltiques tout autour.

Ça y est, l’Islande m’a définitivement eue, je suis prête à me construire un cabanon et rester vivre là sur la plage pour pouvoir me réveiller tous les matins avec cette vue.

dyrholaey

dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

Dyrholaey

dyrholaey

Après en avoir pris plein les yeux, nous décidons de trouver un endroit pour manger (ben oui, il est déjà 15h, les ventres crient famines et nous avons encore trois bonnes heures de route devant nous). J’avais noté l’adresse d’un petit resto dans le coin, juste avant d’arriver à Vík et avec vue sur les falaises : le Black Beach restaurant.

Ce resto, c’est juste ce qu’il nous fallait, ça fonctionne un peu comme un self mais vous avez de tout, vous pouvez manger rapidement un sandwich ou commander des plats plus conséquents ou alors comme nous, déguster la bonne soupe à l’agneau islandaise. Quoi, encore ? Ben oui, mais vous ne l’avez pas goûtée, vous ne pouvez pas comprendre 🙂 ! En tous cas, le resto est très sympa, si vous avez l’occasion d’aller à Dyrhólaey, je vous le recommande.

On décolle juste au moment où un car de touristes débarque dans le restaurant, ouf, on a évité la foule. Nous roulons ensuite sans nous arrêter jusqu’à Höfn et la guesthouse que nous avons réservée pour 2 nuits. La route est magnifique comme toujours (on croise même quelques coins où la neige n’a pas réussi à se faufiler), enchainant volcans, champs de lave, glaciers … Plus nous roulons sur cette route 1 et plus nous avons l’impression de nous éloigner de la civilisation, les voitures se faisant de plus en plus rares et le sentiment de solitude de plus en plus présent. Nous étions seuls au monde, confrontés à une nature, parfois hostile, mais toujours époustouflante.

Dyrholaey

dyrholaey

dyrholaey

Dyrholaey

La nuit est déjà bien avancée lorsque nous arrivons à la guesthouse Seljavellir. Les lieux ressemblent à un corner de présentation Ikea, un peu froid, mais c’est propre et confortable, on en demande pas plus. Le temps de nous reposer quelques minutes, nous ressortons pour dîner à Höfn dans un petit café très sympa, recommandé par notre hôtesse : le Kaffi Hornid.

Il faut savoir que Höfn est un petit port de pêche et leur spécialité est le homard, les langoustes et les langoustines. Vous en trouverez dans tous les restaurants, déclinés sous toutes les formes possibles et inimaginables (on a même mangé de la pizza à la langouste ^^ !). Les quantités dans notre petit café sont astronomiques et les pâtes à la langoustines, très généreuses (ratio de 1 langoustine pour 1 pâte, la base quoi).

Retour, à la guesthouse, elle est perdu dans la campagne islandaise, au pied du Vatnajökull, le plus grand glacier d’Islande et le deuxième d’Europe. La nuit, nous sommes dans le noir total, parfait pour les aurores boréales. Mais malheureusement, elles ne seront toujours pas au rendez-vous. J’apprendrai le lendemain matin, qu’il y en a eu une du côté de Reykjavik. Moi, poisseuse ? non …

Résumé des lieux à ne pas manquer sur la route du sud (route 1) :

  • La cascade de Seljalandfoss
  • La cascade de Gljúfrafoss
  • La cascade de Skógafoss
  • Dyrhólaey

Bonnes adresses :

20 commentaires

Jessica

Les paysages sont splendides ! Magnifique photo !

    Celia

    Merci beaucoup 🙂 !

Tiphaine

L’Islande a l’air d’être un pays tellement magique dont tout le monde revient enchanté… Mais quand on voit des photos comme les tiennes, je comprends !

    Celia

    Oui c’est vrai que c’est un pays qui vous transporte littéralement ! On a plus envie de le quitter. On planifie même notre retour là-bas en ce moment 🙂

Christel

Des paysages dont on ne se lasse pas !

traveling brunette

Tes photos me donnent vraiment envie d’y aller, en revanche, je crains vraiment le grand froid, quelles températures as tu eues (tu y es allée en février, j’imagine l’un des mois les plus froids ?)

    Celia

    Moi aussi je craignais le froid avant de partir et puis finalement c’est tout à fait supportable, j’ai trouvé que c’était équivalent aux jours de grand froid chez nous. Après c’est sûr qu’on était bien couvert mais j’ai vraiment pas eu de sensation de froid insupportable. Au niveau des températures, on a eu entre -5 et 0°C sur les 10 jours donc c’est très correct 🙂 En tous cas, je t’encourage vraiment à y aller, et ne pense pas au froid, si tu es bien couverte, tu ne le sentiras même pas !

Pauline

Célia, ton article est dangereux… Tu sais pourquoi?
Parce qu’il me donne envie de retourner encore en Islande, ce doit être tellement beau sous la neige ♥ ! J’ai l’impression de redécouvrir ces paysages que je connais.

    Celia

    Oui, tout est plus « magique » sous la neige 🙂 Moi j’aimerais bien les voir sans neige justement, ça doit être tellement différent ! (heureusement j’en ai un petit aperçu avec vos photos <3)

AuroreVoyage

Je crois que je réfère voir tes photos qu’y aller en vrai, ça donne froid dans le dos cette neige !

    Celia

    Tu as tord, l’Islande sous la neige, c’est vraiment magique <3 !

Lauriane

Ça pour gelé, cet escalier était gelé ! C’est vraiment féerique toute cette glace et cet neige, en plus la nature crée ses propres tableaux en noir et blanc (la plage de Dyrhólaey !). C’est pas pour toute suite l’Islande, mais en hiver c’est sûr !

    Celia

    Oui, je sais que l’hiver en rebute plus d’un, mais c’est vraiment une saison magique en Islande, tu as raison de vouloir y aller à cette période <3

Audrey

Wooow tes photos sont superbes! Ambiance Reine des Neiges 😀

    Celia

    Merci beaucoup ! Oui c’est tout à fait ça, l’escalier gelé m’a vraiment fait penser au dessin animé 🙂

MamzelDree

Wahou qu’est-ce que c’est beau !!!

MordueDeVoyages

Waw. Juste waw. 😍

    Celia

    Merci 🙂 Ça me fais plaisir que ça t’ai plu !

Itinera Magica

J’ai aimé à la folie l’Islande en été et je rêve de la revoir l’hiver, glacée, blanche, avec la nuit si noire remplie d’illusions magiques et les cascades gelées… Magnifique article qui nourrit mon rêve.

    Celia

    L’Islande en hiver est juste magique ! C’est tellement beau tout ce blanc surtout avec le sable noir, les icebergs et les falaises 😍. On rêve d’y retourner !

Laisser un commentaire