Menu

Sénégal – Une semaine entre découverte et dépaysement

Le Sénégal … Par où commencer ?

Il est de ces pays qui vous marquent, qui vous mettent des petites étoiles dans les yeux quand vous les parcourez et qui vous laissent des trainées humides sur les joues quand vous devez les quitter. On y repense un sourire béat aux lèvres et on ne rêve que d’y retourner.

Et puis, il y a certains voyages qui vous laissent un souvenir un peu plus mitigé, oscillant entre amour et désamour. On a pas su apprivoiser le pays, on a pas su comprendre sa culture ni se fondre dans la masse. On est passé à côté.

Malheureusement, le Sénégal rentre pour moi dans cette seconde catégorie. Celle des voyages que l’on a ni aimés, ni détestés, celle des voyages pour lesquels on ne sait pas trop quoi répondre quand on nous demande « Alors, c’était bien ? ».

Alors je m’excuse par avance si mes propos pourront blesser ou choquer certains, mais voilà, le Sénégal et moi, ça n’a pas vraiment collé.

Le Sénégal, mon ressenti

Nous avons passé une semaine au Sénégal. Bien sûr, il y a eu du bon, du très bon même. Mais pas que. Je vous livre ici mon ressenti sur notre voyage, sans jugement, et sans moralisation d’aucune sorte.

Le Sénégal, côté pile

Un des meilleurs côté du Sénégal est, selon moi, … les Sénégalais !

On a rencontré beaucoup de personnes vraiment chouettes durant notre séjour, à l’instar de Mamadou, notre guide pour la semaine. Enfant du pays, il s’est battu pour s’en sortir et a réussi à grimper les échelons à une vitesse folle, à force de travail et, avouons le, d’une bonne dose de charme et de talent (il a commencé comme plongeur dans les cuisines d’un hôtel pour finir par en diriger le service excursions quelques années plus tard). Je ne le remercierais jamais assez pour tout ce qu’il nous a appris sur son pays, pour sa pédagogie et son aide pour décrypter la culture sénégalaise. Je peux citer également Gloria, notre « maman sénégalaise », qui s’occupait de nous à l’hôtel comme si on était ses « petits ».

Mais au delà de ces personnes qui finalement nous permettaient de créer un lien entre Afrique et Occident, c’est l’ensemble des Sénégalais que l’on a pu croiser que j’ai trouvé gentil, souriant et accueillant. Ça change de la froideur à l’égard des touristes que l’on peut ressentir dans certains pays, même en France. Et puis tout le monde est cool ici, la vie s’écoule tranquillement. C’est un autre rythme, et ce n’est pas désagréable ma foi.

Je ne vais pas vous cacher que dès qu’on mettait un pied hors de l’hôtel ou que l’on visitait un site touristique, on se faisait assaillir par tout un tas de gens qui essayaient de nous vendre tout et n’importe quoi : des excursions en quad, des bijoux, des statuettes, des tissus… Ils faisaient la causette, tentaient de nous faire venir dans leur « magasin », mais tout cela restait bon enfant, même lorsqu’on refusait (même si au bout d’une semaine de « harcèlement » gentillet, j’avoue que ça devenait un peu pesant).

Quelque chose qui nous a également frappé, c’est la coquetterie des femmes. Elles sortent toutes apprêtées, avec leurs boubous multicolores, leur tête enturbannée et c’est un régal pour les yeux. Quand je compare à ce que je vois passer parfois dans la rue en bas de chez moi, je me dis que c’est quand même plus agréable de croiser des personnes qui font attention à elles. En tout cas, j’ai rarement vu un pays où les femmes étaient si belles, à part peut être en Italie (mais dans un autre genre évidemment).

Et puis, la grande force du Sénégal, c’est évidemment toutes les expériences que l’ont peut y vivre : balade en pirogue, visite de baobab (oui oui), safaris, 4X4 dans les dunes du Paris-Dakar, baignade dans le lac rose, visite de l’île de Gorée … et encore, on est resté qu’une seule semaine ! Mais quel dépaysement en seulement 7 jours ! Attendez-vous à y vivre des expériences vraiment uniques.

une semaine au senegal framissima palm beach saly

une semaine au senegal framissima palm beach saly

une semaine au senegal framissima palm beach saly

une semaine au senegal framissima palm beach saly

une semaine au senegal framissima palm beach saly

Le Sénégal, côté face

C’est à ce moment que l’on bascule du côté obscur … (#geekforever)

Comme je vous l’ai dit en préambule, et malgré tout le positif que nous en retirons, nous n’avons malheureusement pas eu de vrai coup de cœur pour ce pays qui est pourtant magnifique. Alors, à qui la faute ?

A la chaleur, humide, difficilement supportable quand on y est pas habitué ? Il faut dire que celle là, elle a été ma meilleure ennemie durant tout le séjour. A peine le pas de la porte de notre chambre d’hôtel (climatisée) passée, elle se rappelait systématiquement à mon bon souvenir, m’enveloppant de sa moiteur tropicale, mélangeant le peu de crème solaire et d’anti-moustique que j’avais mis sur ma peau en un cocktail parfaitement répugnant qui n’était pas mon meilleur allié pour partir à la découverte du pays. Alors oui, j’ai vraiment souffert de la chaleur. Mais vraiment. Comme jamais. Elle était étouffante, suffocante. Je me sentais sale tout le temps. Au bout d’une semaine, je ne savais même plus ce que ça faisait de porter des vêtements secs. Vous pensez sûrement que j’exagère, mais je pense que toutes les personnes qui ont déjà éprouvé la chaleur tropicale seront d’accord avec moi. Il faut être habitué pour la supporter et c’est très fatiguant à vivre au quotidien.

A la pauvreté ? Bien sûr, je savais que c’était un pays pauvre. Mais c’est différent de le savoir et de le voir. Durant le voyage, nous avons toutefois appris que le Sénégal est désormais autosuffisant en terme de nourriture, grâce à l’agriculture, qui est un des principaux secteurs de croissance économique du pays. Donc en principe, personne ne meurt de faim … Il n’empêche que 47% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Et qu’il y a des enfants partout qui demandent des « cadeaux » et à qui on nous dit de ne rien donner. Alors que faire ?

A la saleté ? Que ce soit dans les petits villages, le bord des routes ou même à Dakar, les incivilités pullulent. Les Sénégalais se soucient peu de l’environnement et jettent leurs détritus dans la rue. Je ne les blâme pourtant pas, il n’existe pas de système efficace de ramassage des ordures, surtout en dehors des villes. Mais c’est désolant de voir la nature souillée à ce point. Et il n’y a pas que moi qui le pense, les Sénégalais sont nombreux à dénoncer ces comportements et certains essaient même de faire bouger les choses comme avec le projet Save Dakar. Espérons qu’il y ait une prise de conscience de la population et des politiques et que dans quelques années les mentalités évoluent …

Au choc culturel trop important pour moi, occidentale habituée à son petit confort et à son quotidien sûrement un peu trop aseptisé ? Choc culturel résultant évidemment des deux derniers points évoqués …

Évidemment, tout ceci n’est pas une révélation, du coup vous allez me demander, « pourquoi avoir choisi le Sénégal ? » Et bien en réalité, nous n’avons pas vraiment choisi d’aller au Sénégal. C’est une opportunité que nous avons eu et que nous avons saisi, trop contents de découvrir un nouveau pays sur lequel nous ne savions presque rien et duquel on n’attendait rien de particulier. Nous sommes parti en groupe, dans un hôtel club et nous nous sommes laissé porter tout le voyage. Bon. Et bien nous ne partiront plus jamais en voyage en groupe. Ni en hôtel club. Cette formule n’est pas pour nous et n’a pas vraiment aidé à nous faire apprécier le séjour (je ne vous parle même pas de l’hôtel qui n’a pas dû être rénové depuis 20 ans alors qu’il pourrait être superbe).

une semaine au senegal decouverte depaysement

une semaine au senegal decouverte depaysement

une semaine au senegal decouverte depaysement

une semaine au senegal decouverte depaysement

une semaine au senegal decouverte depaysement

Au bilan, ça donne quoi ?

Au final, je ne saurai dire exactement ce qui a fait que le courant n’est pas passé, je pense que c’est un mélange de toutes les raisons citées précédemment. Peut-être que des conditions plus favorables (climat / voyage plus intime) m’aurait fait voir le pays sous un autre angle ? Qui sait. Mais c’est comme ça et je ne voulais pas vous vendre la destination en vous disant que j’ai adoré, que c’était génial et que je rêve d’y retourner.

Mais je ne déconseille pas pour autant ce voyage, loin de là, car on a fait et vu des choses vraiment très chouettes. Je pense juste que c’est un pays qui ne conviendra pas à tous les voyageurs, comme beaucoup de pays en développement (je pense à l’Inde notamment) où c’est souvent tout noir ou tout blanc, on accroche ou on n’accroche pas.

Je suis désolée pour ce laïus d’introduction interminable, mais je trouvais important de remettre le voyage dans son contexte.

Maintenant, je vais essayer de vous montrer que malgré tout, le Sénégal est un beau pays et qui sait, peut-être que je vous donnerai même envie d’y aller ! En tous cas, dépaysement garanti !

Se déplacer au Sénégal

Nous avons réalisé toutes nos excursions avec un guide et un chauffeur sénégalais. J’imagine qu’il est possible de louer une voiture et de se la jouer roadtrip mais franchement, je ne le conseille pas du tout. Les Sénégalais roulent comme des fous. Sans rire. Comme le disais Mamadou, « Ici, on a le même code de la route que vous, mais on a perdu quelques pages ». Ça veut tout dire !

Je pense qu’il est impossible pour quiconque ne vivant pas au Sénégal de rouler sur les routes sénégalaises : ils s’arrêtent n’importe où, n’importe quand, ils doublent même s’il n’y a pas la place (pourquoi s’embêter, il n’y a pas de trottoir, on peut doubler par le bas-coté (ben voyons)), ils créent des voies qui n’existent pas (j’ai compté jusqu’à 5 files de voitures sur une route qui n’en avait que … 2 !!), il y a des vendeurs ambulants en plein milieu de la route, même sur l’autoroute à péage (Mamadou nous a confirmé que c’est formellement interdit), des camions chargés de marchandises qu’on ne sait même pas comment elles tiennent et si elles vont pas s’effondrer sur notre capot, des animaux en veux-tu en voilà (chevaux, chèvres, zébus, ânes). Je vous ai parlé des bus où en fait les gens sont sur le toit et pas à l’intérieur ? Et des femmes en scooter sans protection aucune, leur minuscule bébé dans le dos ?

Bref, c’est l’anarchie totale. Prenez un chauffeur sénégalais. Mais genre vraiment. Vous me remercierez.

Et puis quand on voit les routes qu’il faut emprunter parfois, je me dis qu’il est impossible pour un touriste de s’y retrouver tout seul. Certaines routes sont des pistes et n’ont même pas de nom ! Comment voulez-vous trouver votre chemin si vous ne connaissez pas le coin ?

une semaine au senegal decouverte depaysement

une semaine au senegal decouverte depaysement

une semaine au senegal decouverte depaysement

Pour la petite anecdote, un camion s’est renversé sur une des routes principales qui traverse le pays et bien c’est simple, la route a été bloqué pendant 2 jours. Voilà voilà. C’est comme ça qu’on s’est retrouvé à couper presque à travers champs et à emprunter des pistes en terre battue plus adaptées à un 4X4 qu’à un bus de tourisme … Quand je vous dit que vous allez vivre des expériences uniques et dépaysantes au Sénégal ;)!

Que faire et voir en une semaine au Sénégal ?

Après ces conseils plus qu’avisés si vous tenez à votre vie, j’en arrive (enfin) au passage le plus intéressant de l’article (si vous êtes encore là, merci, seul les meilleurs restent ;)) : que peut-on faire et voir au Sénégal ? Bien sûr, nous sommes loin d’avoir visité tout le pays, mais voici les choses plutôt cool que nous avons tout de même pu faire en une semaine.

Se balader en pirogue dans le Parc national du delta du Saloum

Le Parc national du delta du Saloum, situé dans la région du Sine-Saloum, est un des six parcs nationaux que compte le Sénégal. Il doit son nom au fleuve Saloum qui forme un delta avec le fleuve Sine avant de se jeter dans l’océan Atlantique. Mangroves, ilots sableux, oiseaux et autres animaux à quatre pattes, forment une richesse incroyable qui lui a valu d’être classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011. Le parc est également classé en tant que « réserve de biosphère » et de « site Ramsar » (classement qui permet la conservation des zones humides). Voilà pour le petit cours de géographie.

Arrivés à Ndangane, nous embarquons dans une des ces merveilleuses pirogues multicolores, prêts à découvrir les secrets des « bolongs », ces bras de mer caractéristiques de cette zone du Sénégal.

Très vite, je préfère me poster à l’avant de la pirogue pour ne rien louper du paysage. Assise seule à l’avant de l’embarcation, j’ai l’impression d’être une aventurière des temps modernes, découvrant un territoire inconnu, scrutant la mangrove à la recherche de ses habitants, flamands, pélicans ou encore mangoustes, tapis dans l’épais entrelacs de branches et de feuillages formé par les palétuviers.

Ma main effleure l’eau, le soleil brûle ma peau mais je suis vraiment heureuse d’être là et de vivre ces quelques heures si belles et calmes à glisser sur le Saloum.

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

une semaine au senegal decouverte parc national Saloum iles

Un délicieux déjeuner sur l’île de Marlodj plus tard, nous voilà reparti en direction de la terre ferme, encore émerveillés par ce si beau moment.

Sur le chemin du retour, nous ferons deux arrêts pour voir des curiosités sénégalaises : une termitière et un baobab géant sacré, qui servait autrefois de tombe, dans lequel nous avons eu l’horreur la chance de pouvoir entrer. Imaginez, un petit trou dans un tronc par lequel il faut se contorsionner pour entrer, un lieu sombre et humide, des araignées géantes au sol, des chauves-souris partout au dessus de nos têtes et un liquide plus que suspect qui nous dégouline dessus régulièrement… J’en ai encore des frissons dans le dos. Âmes sensibles s’abstenir (d’ailleurs, si Mamadou nous avait expliqué de quoi il en retournait avant de nous tendre ce piège, je ne serai JAMAIS rentré dans cette chose ! #aventuriereencarton).

une semaine au senegal decouverte depaysement termitiere

une semaine au senegal decouverte depaysement termitiere

une semaine au senegal decouverte depaysement baoba sacre

Faire un safari dans la réserve de Bandia

Oui, il est possible de faire des safaris au Sénégal ! La réserve de Bandia, créé en 1990, est la première réserve privée du Sénégal. Elle a permis la réintroduction dans le pays des grands mammifères d’Afrique, qui avaient pour la plupart disparu à cause du braconnage ou de l’urbanisation du pays. A noter que vous n’y trouverez pas d’éléphants ni de félins.

Alors oui, c’est un véritable exemple au niveau écologique et environnemental et il permet aux sénégalais et aux touristes de découvrir des animaux sauvages vivant en totale liberté au sein de ses 3500 hectares de brousse. Et pour les personnes n’ayant jamais eu cette chance, je suis convaincue que c’est vraiment génial, mais je vous avoue qu’ayant déjà réalisé des safaris en Afrique du Sud, dans une réserve privée proche du parc Kruger, et bien on a été un peu déçu.

Lors de nos précédents safaris, on sentait vraiment que les animaux étaient chez eux et que nous n’étions là que pour les observer. Les hommes n’intervenant jamais dans les parcs, nous avons croisé plusieurs fois des lions ou lionnes festoyant d’un zèbre ou d’un phacochère. La nature à l’état pure. Dans la réserve de Bandia, les grands carnassiers n’ont pas été réintroduit et la seule hyène de la réserve est maintenue à part, parquée comme dans un zoo, et ce, pour qu’elle n’attaque pas les autres animaux.

Alors oui, la réserve est encore jeune et peut-être qu’avec le temps cela changera mais c’est vrai que du coup, en comparaison avec ce que nous avons déjà vécu et qui reste gravé comme une des expériences les plus extraordinaires de notre vie, cela parait un peu fade. Sans compter que notre ranger a peu expédié la visite, s’arrêtant au dernier moment devant les animaux (ce qui parfois les faisait fuir) et à des endroits où il était quasiment impossible de faire des photos correctes…

une semaine au senegal reserve bandia

une semaine au senegal reserve bandia

une semaine au senegal reserve bandia

une semaine au senegal reserve bandia

une semaine au senegal reserve bandia

une semaine au senegal reserve bandia

une semaine au senegal reserve bandia

En bref, c’est une visite que je recommande vraiment aux personnes n’ayant jamais eu la chance de faire des safaris ailleurs en Afrique, mais pour les autres, passez votre chemin, vous n’y trouverez rien d’exceptionnel (sauf si vous êtes vraiment fan des zèbres et des girafes).

Voir le lac rose et faire du 4×4 dans les dunes du Paris-Dakar

Au Nord-Est de Dakar, à seulement 35 km de la capitale et au bord de l’océan Atlantique, se trouve une des curiosités du Sénégal : le lac Retba. Plus connu sous le nom de lac Rose, il est réputé pour la couleur de son eau qui varie selon l’heure et le temps, allant d’une teinte légèrement rosée à un rose très soutenu par temps sec.

La raison ? Une cyanobactérie qui fabrique un pigment rouge pour se protéger du sel, présent en très forte concentration (380g/l), qui fait du lac Rose la deuxième étendue d’eau la plus salée du monde, après la mer morte.

Si le sel est ramassé par des courageux au fond du lac (oui, car le sel à ce niveau de concentration brûle la peau, c’est donc un métier particulièrement difficile), il est également possible de … s’y baigner ! Comme dans la mer morte. Alors bien sûr, je ne pouvais pas passer à côté de cette expérience, moi qui avait toujours rêvé de voir si on y flottait vraiment. Et bien la réponse est oui !

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

une semaine au senegal decouverte lac rose

Après un moment d’hésitation (ce n’est pas très propre, et bien sûr, on ne voit pas le fond, heureusement que l’on m’a dit qu’avec une telle concentration en sel, aucun animal ne pouvait vivre dedans), je risque un pas dans l’eau presque bouillante du lac. Mes pieds s’enfoncent dans la vase, ma peau commence à bruler. Je lève une jambe, puis l’autre, et je me retrouve assise dans l’eau. Mais vraiment. Je m’allonge un peu sans fournir aucun effort pour rester à la surface. C’est assez sidérant cette sensation. Vraiment unique. Nous ne restons que quelques minutes dans l’eau, se précipitant tous pour se rincer à l’eau claire et essayer d’atténuer cette sensation de brûlure qui nous tiraille. Heureusement, un gentil monsieur nous attend pour nous jeter des sceaux d’eau dessus et nous aider à nous laver (ben oui, il n’y a pas de douche…).

Le lac Rose est également réputé pour être l’ancienne étape finale du rallye Paris-Dakar. Il est donc possible d’aller s’amuser dans les dunes du Paris-Dakar en 4X4. Longer le lac Rose, jouer à saute-mouton dans les dunes, faire des dérapages sur la plage, nous avons vraiment passé un chouette moment qui a ravit tout le monde.

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

une semaine au senegal dunes paris dakar

Je garde un superbe souvenir de cette journée. Les montagnes de sel, le blanc à perte de vue contrastant avec le (léger) rose du lac, l’expérience incroyable de la baignade et le 4X4 dans les dunes … Une excursion que je recommande vraiment !

Visiter Dakar et l’île de Gorée

Pour notre dernier jour au Sénégal, nous sommes partis à la découverte de Dakar. Je ne garde pas un souvenir impérissable de la capitale sénégalaise, ville où le niveau de pollution dépasse de 7 fois la norme autorisée …

Nous avons visité la ville assez rapidement, à bord du bus, nous arrêtant toutefois au marché Kermel, le marché le plus touristique, réputé pour ses produits européens. Nous avons également fait un stop au Monument de la Renaissance africaine, inauguré en 2010 et très décrié par les sénégalais du fait de son coût astronomique (construit en période de crise économique). Sur place, nous avons gravi ses 198 marches et profité d’une vue magnifique sur l’ensemble de la ville.

une semaine au senegal decouverte depaysement dakar

une semaine au senegal decouverte depaysement dakar

une semaine au senegal decouverte depaysement dakar

Puis, nous avons pris le ferry pour nous rendre sur l’île de Gorée.

Gorée est une toute petite île de 900 mètres de long sur 300 mètres de large, située à 3 km au large de Dakar. Elle est très belle, colorée et fleurie, ce qui contraste vraiment avec son histoire très chargée. En effet, l’île a été témoin de trois siècles d’esclavages puisqu’elle servait de plaque tournante à ce commerce : les esclaves y étaient parqués avant d’être envoyés dans les colonies.

L’île de Gorée, « la capitale de la souffrance et des larmes »

Nous visitons la maison des esclaves (visite assez émouvante), le musée historique, nous nous baladons dans les rues, s’arrêtant dans les marchés, observant la multitude de chats présents partout. L’île est vraiment très agréable et calme, et, du fait de son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO (elle est reconnue comme « île-mémoire »), très propre. Cela nous change vraiment du reste du pays ! Seul bémol, durant toute notre visite (nous y sommes restés plus de 4h) nous avons été suivi par tout un tas de gens, essentiellement des vendeurs ambulants, qui ne nous lâchaient pas d’une semelle, nous attendant même à la sortie du restaurant.

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree dakar

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

une semaine au senegal decouverte depaysement ile de goree

Une visite que j’ai beaucoup aimée même si j’avoue que c’était assez pesant de se faire suivre partout, sans compter la chaleur écrasante qui nous a très vite fatiguée.

Visiter des villages et des marchés

Lors de notre première excursion aux îles du Saloum, nous avons visité le grand marché hebdomadaire de brousse de Sandiara. Notre premier choc culturel au Sénégal. D’un côté, le marché aux animaux, où chevaux, zébus, ânes, chèvres sont vendus après d’âpres négociations, de l’autre, le marché plus « classique », de produits frais, légumes, fruits ou encore vêtements et autres biens de consommation.

Nous avons été un peu choqué par le traitement réservé aux animaux, par exemple, les chèvres sont jetées du camion directement par terre puis attachées au sol par les pattes pour qu’elles ne bougent plus. Après, il faut se dire que c’est leur culture, qu’ils vivent comme ça depuis toujours et que de toute façon on ne peut rien y faire. Mais bon. La seconde partie du marché, bondée de sénégalais, est vraiment très « typique » et je dois dire que je ne me serai pas risquée à acheter quoique ce soit sur les étals qui sont souvent à même le sol et recouvert de poussière.

une semaine au senegal decouverte depaysement marche

une semaine au senegal decouverte depaysement marche

une semaine au senegal decouverte depaysement marche

une semaine au senegal decouverte depaysement marche

une semaine au senegal decouverte depaysement marche

une semaine au senegal decouverte depaysement marche

une semaine au senegal decouverte depaysement marche

Nous sommes ensuite allez visiter un village sérère, une des ethnies du Sénégal. Le village regroupe seulement quelques cases, toutes appartenant à une même famille (au sens large) d’agriculteurs. Les hommes nous invitent à explorer les cases. Les conditions de vies sont spartiates, chaque case est habitée par un seul couple et ne compte qu’une seule pièce occupée presque entièrement par un lit. Mais ici, tout le monde vit dehors, ensemble. Les femmes nous montrent comment piler le mil. Les enfants viennent tous vers nous, ils sont craquants, ils veulent être pris en photo et sont tellement fiers quand on leur montre le résultat. Bon, ils nous demandent aussi des cadeaux ce qui, en ce premier jour, nous surprend un peu. On fini la visite par un chant et une danse traditionnelle et des photos souvenirs pour tout le monde. Bien sûr, à la sortie du village, nous nous arrêterons pour leur acheter quelques babioles, prétexte pour leur laisser quelques francs CFA.

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

Lors de notre journée, au lac Rose, nous avons également visité un village de pêcheurs de l’ethnie peuls, cette fois beaucoup plus grand puisqu’il possédait sa propre mosquée et son école. C’est le chef du village en personne qui nous fait faire le tour des lieux, fier de nous expliquer que dans son village, les enfants sont éduqués pour ne pas quémander et que si l’on souhaite participer à l’économie locale, il nous amènera dans une boutique à la fin de la visite où l’argent récolté est utilisé pour l’ensemble des villageois.

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

une semaine au senegal decouverte depaysement village

Arf, c’est beau l’utopie. Car derrière son dos, combien de gamins sont venus nous demander des cadeaux ? Un des enfants nous a même dit que ce monsieur n’était pas vraiment le chef du village et qu’il gardait l’argent pour lui… Qui croire ? Comment savoir ? Que doit-on faire ?

Je regrette de n’avoir pas été plus au courant de tout ça avant de venir, cela nous aurait permis de ramener de France des choses utiles pour les enfants, comme des cahiers ou des stylos qui peuvent vraiment les aider et que l’on peut donner à des associations par exemple. Malheureusement, nous n’avons été au courant de la situation qu’une fois sur place.

Du coup, si vous avez l’intention d’aller au Sénégal, je ne peux que vous conseiller de faire quelques achats avant votre départ afin de pouvoir ramener de vrais « cadeaux » aux enfants … (mais à donner à des associations, jamais directement).

La carte de notre semaine au Sénégal

 

Ce (très) long article sur notre semaine sénégalaise s’achève ici. J’espère que ma franchise n’en aura pas dérangé certains et si vous souhaitez plus d’informations, surtout n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire ou à m’envoyer un mail.

 

 

Et si comme moi, vous adorez Pinterest, n’hésitez pas à épingler cet article pour le garder sous le coude ! Et bien sûr vous pouvez me suivre sur mon compte Pinterest Escapades etc.

une semaine au senegal decouverte depaysement

une semaine au senegal decouverte depaysement

 

36 commentaires

Angélique

Bel article honnête et belles photos.
Le Sénégal, je connais bien, je l’ai parcouru en long, en large et en travers (même s’il me reste encore quelques coins inédits à découvrir), à plusieurs reprises, après y avoir vécu une expatriation éprouvante que je commence à (oser) raconter dans le cadre du RdV #Histoires Expatriées…

Malgré ma vision un peu biaisée par l’expérience que j’y ai vécu en immersion, je persiste à dire que le Sénégal mérite d’être connu, « autrement », au risque d’être définitivement ensorcelé par le virus envoûteur de l’Afrique 🙂 !!!
Si jamais ça t’intéresse d’en découvrir un peu plus et sur d’autres endroits qui méritent encore plus le détour que les principales « usines à touristes » (ce n’est que mon avis, et ça n’engage que moi :-)…) incontournables dans lesquelles tu as mis les pieds, tu trouveras quelques unes de nos aventures ici https://goo.gl/mBHkEP.

    Celia

    Merci pour ton commentaire, je suis contente que ma franchise te plaise. Je suis bien consciente que l’on a fait que les trucs les plus touristiques, même s’il n’y avait pas grand monde, et je suis certaine que le pays à bien plus à offrir que ça !

Wander With Lola

Merci pour cet article honnête et très utile. J’avoue que beaucoup de pays africains me font envie, je ne connais que l’Egypte et le Cap-Vert, mais le Sénégal n’est pas vraiment sur ma liste. Pourtant vos excursions font envie! Les conditions de circulation me rappelle tellement l’Egypte où notre guide nous avait dit « En France, les feux rouges sont impératifs, en Italie, ils sont facultatifs et en Egypte, décoratifs! ». Je crois que ça représente bien la chose! En tout cas merci d’avoir partager ton véritable ressenti!

    Celia

    De rien, j’avais peur que ce soit mal pris mais j’ai l’impression au contraire que la franchise plait ! Tant mieux, je ne me voyais pas « faire semblant » dans un article. Après j’ai adoré les excursions en elles-même, certaines étaient vraiment génial mais je t’avoue que j’étais contente de rentrer tout de même !

MILLA - La Galerie, blog de voyages

Bel article, très complet et très honnête ! Ce voyage me fait beaucoup penser à mon séjour en Indonésie, également en circuit organisé, que je n’ai pas beaucoup aimé… cela laisse une impression mitigée, que l’on ressent bien dans ton texte.
Il y a quand même beaucoup de bons cotés qui ressortent de ton récit ! et ces photos… les visages d’enfants souriants ! les animaux!
Concernant le monument dont tu parles, j’avais lu des articles à l’époque qui le critiquaient, outre pour son cout astronomique, mais également pour la représentation qu’il donne de la femme africaine (bien en retrait derrière l’homme, tout un symbole !).

    Celia

    Merci pour ton commentaire et contente de voir que ça parle à d’autres voyageurs ! Mais oui, il y a eu quand même de très belles choses dans le voyage, c’est pour cela que c’est mitigé, je n’ai pas détesté, mais je n’ai pas envie d’y retourner non plus …

Céline

Bon tu m’as donné envie d’aller visiter le Sénégal. Il y a l’air plein de chose sympa à faire. J’aime bien, contrairement à toi, le genre d’ambiance que tu décris. Tu m’as fait sourire avec les transports qui m’ont fait penser un peu à la Guadeloupe pour l’avoir vécu, pas nécessairement au Maroc où ils sont assez prudent au final (sauf à Marrakech) et l’Italie remarque.. On en parle de l’Italie ? sinon je m’attends à n’importe quoi en Thaïlande 🙂
Je pense que simplement la destination n’était pas faite pour toi 🙂 Allez bientôt le froid 😉

    Celia

    Oui je pense aussi que ce n’était pas pour moi ! Et comme tu le dis, je préfère le froid 🙂
    Sinon, je suis tout à fait d’accord, les italiens sont des fous au volant !!!

En Mode Bonheur

Tellement canon ! Je vois les photos sur IG depuis un moment, je suis contente d’avoir le récit en plus.
Il est très honnête, peut effectivement être offusquant mais je le trouve surtout très compréhensible.
Je n’ai jamais fait de voyage de ce type et j’imagine que le choc culturel est vraiment déroutant, jusqu’à se demander si on a vraiment aimé le voyage.
Peut-être à retenter dans un mode plus aventure plutôt que club etc en effet…
Beau récit et magnifiques photos en tout cas 🙂

Julie

    Celia

    Merci Julie, contente de savoir que le récit t’a plu et à compléter les photos d’Instagram. Oui le choc culturel est rude et quand on a pas l’habitude de voyager dans des pays en développement, cela peut-être brutal … Et effectivement, je suis quasiment sûre que j’aurai plus apprécié dans d’autres conditions. Mauvais endroit au mauvais moment, comme on dit 🙂

Samsha

C’est magnifique! Bravo pour cet article et cette belle découverte!

    Celia

    Merci, contente de t’avoir fait découvrir ce pays !

Célia

Ressenti très bien écrit ! Je pense qu’il y a en effet des pays avec lesquels on accroche moins, et comme tu le dis si bien, les conditions dans lesquelles on le découvre aussi. Tellement de facteurs entrent en jeu pour nous envouter ou au contraire nous laisser un peu amer sur une découverte. Comme toi j’étais repartie du pays avec un sentiment mitigé, même si pas du tout pour les mêmes raisons, et du coup j’avais laissé l’Afrique Sub Saharienne de côté dans mes envies voyage et voilà que j’ai de nouveau très envie de fouler ce continent 🙂
En tout cas très bel article, et très belles photos qui m’ont ramenées dans mes souvenirs !
Célia

    Celia

    Merci Célia 🙂
    Oui les conditions ont énormément joué, j’en suis certaine. Et puis on était peut-être pas prêt à découvrir un pays en développement, on va souvent dans des pays assez riches (Islande, Norvège, …) du coup, le choc a été violent par rapport à nos voyages habituels.

Amélie

C’est le rêve de mon papa d’aller au Sénégal mais j’avoue qu’à la lecture de ton article, je me sens un peu vaccinée d’y aller…
J’apprécie beaucoup ton honnêteté et ton réel retour sur ce voyage. Tout ne peut pas toujours être idyllique 🙂

Belle journée à toi <3

    Celia

    Merci pour ton commentaire. Si c’est le rêve de ton papa, il faut y aller, chacun son ressenti tu sais, peut-être que tu vas adorer ! Mais effectivement, je pense que ça vaut le coup de se poser la question, car quand on est pas habitué ni préparé, le choc culturel peut-être compliqué !

Julie

J’avais hâte de lire cet article, de lire tes ressentis et même si je n’ai pas tout à fait les mêmes que toi, je pense que je te comprend.
Nous, nous avons passé dix jours au Sénégal et la majeure partie du séjour dans le Saloum, dans différents villages avec un point fixe dans un campement « éco-solidaire » et ça nous a aidé à relativiser les points perturbants que tu soulèves comme la chaleur moite, le traitement de certains animaux, le fait de parfois se sentir « mal à l’aise » face à un choc culturel si grand. Et si ce n’est certainement pas mon plus beau voyage en terme de paysage, c’est celui qui m’a le plus marqué humainement parlant. Parce qu’en nous éloignant de la ville et des coins touristiques on a aussi, et surtout, vu la chaleur humaine, la solidarité, les valeurs de partage qu’on a tendance à oublier nous les occidentaux « chanceux ». Mais dans tous les cas, je pense que c’est un voyage qui remue…

    Celia

    Merci pour ton commentaire Julie. effectivement, je pense que votre voyage n’avait rien à voir avec le notre et je pense que nos conditions n’ont pas aidé pour apprécier le pays. Nous avons visité tous les endroits les plus touristiques du pays avec tous les travers que cela comporte. Après je pense que c’est un voyage qui ne plaira pas à tout le monde, comme partout de toute façon. Mais je suis bien d’accord, c’est un voyage qui remue et c’est peut-être mieux d’y être préparé un minimum… (ce qu’on était pas du tout)

Aurore

Super article, une destination que l’on voit peu sur les blogs voyage, très intéressant!

    Celia

    Merci pour ton commentaire et contente que cela t’ai intéressé ! 🙂

Ingrid

Hello ! 🙂 Cest « drôle », tes photos sont tellement jolies que sans lire l’article l’on pourrait croire que tu as adoré ! Je comprends ton côté pile et face, ton article est honnête et sain, tu as bien trouvé les mots pour nous transmettre ton ressenti sans jugement ! Mais j’insiste, tes photos me donnent tout de même envie 🙂 Je suis comme toi concernant hôtel club, ce n’est vraiment pas ma formule préférée…
A bientot ! 🙂

    Celia

    Merci Ingrid, je suis très touchée par ton commentaire, je suis ravie que mes photos te plaisent et tant mieux si elles t’ont donné envie d’y aller, tout le monde ne vit pas les voyages de la même manière, c’est pour cela que je disais que je ne déconseillais pas du tout la destination. Mais je pense que c’est bien d’être conscient de la situation avant d’y aller … Et je suis contente aussi de savoir que mon honnêteté est bien vu par les personnes qui lisent cet article 🙂
    Merci !

Chrys

Très chouette article, j’aime les vrais ressentis et les photos sont vraiment chouettes. Chacun voit son voyage à sa façon, on est pas obligés de tous ressentir la même chose. Après l’hotel club je crois que ça pourrait dégouter tout le monde ou presque 😀

    Celia

    Merci Chrys, contente que l’article te plaise 🙂 ! Et tu sais, je connais des gens qui adorent les hôtels club :p (pas moi je te rassure !)

Itinera magica

Merci pour ce bel article passionnant et sincère, un très beau reportage réussi sur ce pays méconnu. Il m’a beaucoup intéressée. Bravo d’avoir su trouver le ton juste, et pour tes belles photos.

    Celia

    Merci Alex, je suis contente qu’il te plaise, tu es ma référence en matière de texte 🙂 ! J’ai préféré être honnête, après tout on est pas fait pour tout aimer !

Alexis - Le Petit Explorateur

Quel bel article ! Bien écrit, tout en franchise et sensibilité. Je comprends ton sentiment et l’idée du côté pile et côté face.
J’avoue avoir de plus en plus envie de découvrir l’Afrique – dont le Sénégal – mais je n’ose pas trop, tout comme l’Inde : la peur du choc culturel trop important, trop brutal, la peur d’être confronté à la pauvreté et ne savoir comment réagir…
En tout cas, les photos sont magnifiques et donnent tout de même envie d’aller découvrir ce pays magnifique mais méconnu.
Merci pour cette belle découverte.

    Celia

    Merci Alexis, je suis contente si je donne envie de découvrir le pays malgré mon ressenti pas toujours positif. C’est vrai que le choc culturel est important et je pense qu’on était clairement pas assez préparé. Après c’est comme tout, il y a des gens à qui ça va plaire et d’autres qui vont moins bien le supporter… dans tous les cas ça me semble important de savoir à quoi s’en tenir avant d’y aller.
    Et pour avoir discuté avec un copain qui est parti en Inde presque en même temps, le Sénégal à côté, c’est easy 🙂

Adeline

Pour la chaleur étouffante, j’ai vécu la même en Tanzanie sur l’île de Kilwa Kisiwani,la chaleur la plus inhumaine de ma vie, c’était impossible de rester au soleil plus d ‘une minute donc j’imagine bien comme ça devait être insupportable ! Les ordures, c’est assez commun dans beaucoup de pays d’Afrique malheureusement, ils ont été confronté à la mondialisation de manière tellement soudaine que les pays n’ont pas encore réussi à s’adapter… Heureusement il y a une prise de conscience progressive, beaucoup de pays prennent des initiatives !

Ton récit est vraiment passionnant, je suis super nostalgique du continent africain du coup ça me rend encore plus nostalgique ahah. Après, on ne peut pas tout aimer ou aimer tous les pays, c’est impossible 🙂

    Celia

    Merci pour ton commentaire Adeline 🙂
    Je suis d’accord avec toi, l’adaptation pour eux va être longue et c’est normal, et j’espère que comme tu le dis, il y aura une vrai prise de conscience !
    Je suis contente de voir que même en étant pas toujours positive, mon récit plait et ne dessert pas le pays. Du coup, tu connais bien l’Afrique ?

Amélie

Bravo pour ce reportage sincère ! C’est pas toujours évident de mettre les bons mots sur ce qui n’a pas été !
Je ne connais pas le pays, mais très envie de la découvrir. Bien que je sache que je serai surement choquée par certains aspects que tu mentionnent comme les déchets .. Après c’est le gros point noir qu’on retrouve dans de nombreux pays pauvres / en développement. Finalement Bali est une poubelle est on en parle très peu. À côté de ça il y a des endroits paradisiaques.
Je pense qu’il y a toujours du bon, du moins bon, et des points sur lesquels il faut s’améliorer. Le Sénégal évoluera certainement, mais il a besoin de trouver des portes-paroles, des gens pour les aider … et surtout leur rythme. Bref, je pourrai continuer très longtemps mon commentaire, ce sont de gros sujets à débats 🙂

    Celia

    Oui tu as tout à fait raison. J’ai une amie qui était à Bali en Septembre et justement elle m’a raconté la saleté et surtout que la population s’en fiche complètement et j’ai été étonné car au final on en entend pas du tout parler, je ne savais pas que c’était comme ça là-bas. Mais bon chaque endroit a ses points positifs et ses points négatifs, il y a toujours de quoi s’améliorer, même dans les pays occidentaux !

    Celia

    Tant mieux car loin de moi l’idée de déconseiller la destination ! Je pense juste qu’il vaut mieux être au courant de tout avant d’y aller, mais je te souhaite de découvrir ce beau pays 🙂

Estelle - Curiosity Escapes

Très beau récit tout en sincérité et tes photos et portraits sont magnifiques. On ne peut pas tout aimer et lorsqu’il y a un tel choc culturel, ton ressenti est tout à fait compréhensible. C’était pareil pour l’Inde pour moi. Et encore, je pense qu’on l’aurait mieux vécu en circuit avec un chauffeur privé plutôt que de tout faire par nous-mêmes.

    Celia

    Merci pour ton commentaire, je suis toujours surprise de voir que les gens me comprennent sur cet article, j’avais tellement peur de blesser des gens ! On m’a parlé de l’Inde et effectivement je pense que le choc culturel est encore plus grand par là-bas …

Laisser un commentaire